Peut-on oublier Johnny Weissmuller, le plus célèbre Tarzan du cinéma ? Le sculptural nageur américain, qui surclassa ses adversaires des 100 et 400 mètres nage libre à Paris, en 1924, lors de la VIIIe olympiade, est le premier homme à avoir nagé le 100 mètres en moins d'une minute (58,6 s). Depuis lors, les performances se sont sans cesse améliorées ; ainsi, l'Américain Jim Montgomery nage la distance en 49,99 s en 1976 ; en 1994, le Russe PopovAlexander Popov, 1992 établit un prestigieux record du monde (48,21 s), que le Néerlandais Pieter Van den Hoogenband améliore en 2000 (47,84 s). En 2008, le Français Alain Bernard s'approprie le record en réalisant 47,50 s aux Championnats d’Europe d’Eindhoven. Aux jeux Olympiques de Pékin, la même année, la discipline s’affole : l’Australien Eamon Sullivan nage 47,05 s en demi-finale, mais Alain Bernard obtient la médaille d’or. En juillet 2009, aux Championnats du monde de RomeNatation : les combinaisons en polyuréthane, le Brésilien Cesar Cielo, vêtu d'une combinaison en polyuréthane, casse la barrière symbolique des 47 secondes (46,91 s). Lors des Championnats de France, en avril 2009, le Français Frédérick Bousquet, nageant avec une combinaison similaire, avait le premier parcouru le 50 mètres en moins de 21 secondes (20,94 s). Chez les dames, c'est l'AustralienneDawn FraserDawn Fraser — médaille d'or du 100 mètres aux Jeux de 1956, 1960 et 1964 — qui, la première, couvrit le 100 mètres en moins d'une minute ; en 2009, le record de la spécialité a été porté à 52,07 s par l'Allemande Britta Steffen. Pour le 1 500 mètres, la meilleure performance de tous les temps (14 min 31,02 s), établie en 2012 par le Chinois Sun Yang, est elle aussi significative. Ces chiffres en disent long sur un moyen d'évolution en milieu aquatique devenu sport de compétition.